Coqs accueil  nature coqs Contact  nature coqs élevage  nature coqs gaulois  nature coqs combats  nature coqs maires  nature coqs forum
forum coqs poules poussins

Livre sur les poulets municipaux et les déchets alimentaires


Avec les poules municipales, mangez des ufs de qualité

Stéphane Ternoise a choisi de vivre à la campagne. Un écrivain qui élève ses poules et ses poulets...
L'un de ses livres répond au joli titre de : "Vive les poules municipales... et les poulets municipaux."
Il est sous-titré : "Réduire le volume des déchets alimentaires et manger des ufs de qualité"

les poules municipales et les poulets municipaux

Papier, 7 euros seulement : achetez sur amazon
Numérique, 2 euros 99 : Achetez sur itunes, amazon, immateriel.fr (PDF + epub)...


- Pourquoi et comment est né ce livre ?

- Le 20 juin 2002 fut déposé à la sacem "les poules municipales", un texte rapidement mis en musique et rarement interprété par Pierre Galliez.
Une chanson qui voulait faire rire et réfléchir.
Pour éliminer les déchets alimentaires, préférez les poules municipales aux incinérateurs, et naturellement n'oubliez pas d'élever quelques poulets...
Présentée sur internet, cette chanson suscita peu de réactions.

Mais quand, le samedi 10 avril 2010, Philippe Abiteboul, dans l'Inter-treize, sur France Inter, lança un reportage sur la ville de Mouscron, en Belgique, où la municipalité offrait deux poules aux administrés qui le souhaitaient, afin qu'elles mangent justement les déchets ménagers... un instant d'euphorie m'envahit : j'avais écrit un texte visionnaire !
J'essayais de le relancer mais aucun retour. Les idées simples sont parfois très difficiles à imposer.

Dix ans après mon texte, une petite commune de la Sarthe, Pincé, 200 habitants, inaugurait en France le modèle et offrait, elle aussi, deux poules pondeuses aux foyers du village intéressés.
Mon approche reste nettement plus ambitieuse... Et nécessite un peu de volonté politique, avec l'incitation financière d'une baisse de la redevance "poubelle" associée à la diminution des déchets. Je vous livre le concept, avec quelques photos de mes poules et poulets... Manger des ufs de qualité, ça vous tente ? Plus que la diminution des déchets, le critère de la qualité des ufs peut briser quelques réticences envers un vrai retour à la nature nourricière. La préoccupation du manger vrai me semble plus importante que celle d'obtenir une qualité d'image supérieure sur un écran télé...

- 2002 la chanson...




Les poules municipales

Il est sûrement des rapprochements
Que les élus
Préfèrent trouver farfelus
Mais les idées originales
Ont l'avenir mondial

Ainsi d'un côté
Des tonnes de déchets
Déchets alimentaires
Dont on ne sait que faire
Qu'il faut bien détruire
On n'peut pas tout enfouir

Pendant ce temps-là
Dans nos magasins
On vend pour presque rien
Des ufs qu'une poule fermière
N'oserait pas sortir
De son petit derrière

Il est sûrement des rapprochements
Que les élus
Préfèrent trouver farfelus
Mais les idées originales
Ont l'avenir mondial

J'exige un décret
Gouvernemental
Une mesure radicale
Pour le bien des cités
Il faut instaurer
Les poules municipales

Les restes de salades
Les restes de grillades
Tout va à la brigade
Des poules municipales
Tout est recyclé
Plus besoin de brûler

Il est sûrement des rapprochements
Que les élus
Préfèrent trouver farfelus
Mais les idées originales
Ont l'avenir mondial

Où les installer
On va me d'mander
Dans chaque commissariat
Y'a bien un p'tit local
On pourrait mettre là
Les poules municipales

J'exige un décret
Gouvernemental
Une mesure radicale
Pour le bien des cités
Il faut instaurer
Les poules municipales

Il est sûrement des rapprochements
Que les élus
Préfèrent trouver farfelus
Mais les idées originales
Ont l'avenir mondial


- Le concept ?

Naturellement, la chanson relève du résumé. Pourtant, presque tout est dit... pour qui sait lire entre les notes.
Des poules municipales dans chaque commissariat, où vous passez le matin, avec vos restes, et repartez parfois avec des ufs (distribution équitable ; quant il s'agit des ufs, la notion de distribution équitable doit pouvoir se mettre en place sans manifestations de Bastille à Nation). Un vrai travail de police de proximité, monsieur François Hollande !

Mais dans la vraie vie, d'autres emplacements pourraient accueillir des poulaillers : écoles (quel plaisir pour les enfants), collèges (le plaisir sera moindre !), offices de tourisme, mairies, conseils généraux, conseils régionaux, permanences des partis politiques, directions départementales de l'équipement (les employés rapporteront un peu de l'herbe coupée au bord des routes), casernes des pompiers, associations...

Naturellement, des oppositions jailliront, avec accusations de mauvaises odeurs et autres nuisances, genre gratter les parterres de fleurs, se sauver ou s'envoler chez les voisins, jusqu'à la crainte des épidémies. Nous ne sommes plus au dix-neuvième siècle ! Nous avons les moyens d'acheter des ufs ! Laissons ce travail de production aux industriels habitués à respecter les normes et soucieux de notre santé avec une conscience professionnelle exemplaire !
Tout le monde a entendu parler de ces histoires de néo-ruraux allergiques aux chants des coqs au point de demander à la justice leur éradication !
Comme si les voitures ne causaient pas de plus graves nuisances ! Et les ondes des portables ou du wifi ?
Des poules et des poulets municipaux car l'auteur de la campagne sait bien que la majorité des citadins manquent d'espace. Une poule dans un salon ou la chambre d'amis ?
Je regrette qu'à la campagne, les poules et poulets deviennent rares. La « grippe aviaire » a ainsi convaincu de nombreux foyers d'arrêter cet élevage mais il s'agit d'une vague plus profonde : les volailles figurent parmi les contraintes que la modernité peut nous éviter. C'est bien plus pratique d'acheter des ufs au supermarché. Des ufs « de la ferme ». Expression toujours suivie d'un sourire : une « ferme », avec des poules « élevées en plein air » mais avec des milliers d' ufs quotidiens... est-ce vraiment des ufs pondus « à la ferme » ?
Quant à l'incitation fiscale, ici, dans le Lot, poule ou pas poule, les poubelles sont au même prix.

Quelle tristesse de jeter les épluchures de légumes, le pain dur, les restes de repas... même ici, à la campagne ! Quelques vacanciers, parfois, ont le réflexe d'apporter "aux bêtes" un sachet rempli...




Ajouter un commentaire ou votre réponse

- le 11 décembre 2014 à 09 : 44
par fouquet : Merci pour les infos sur la différence entre poulet et coq; et sur les autres termes en rapport aux gallinacées.
Et nous disons OUI! à cette très bonne idée. En espérant qu'elle soit suivie et mise en place par le plus grand nombre de municipalités françaises.




Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter une nouvelle page ayant trait au coq.